Devenir propriétaire pour la première fois, c’est une étape importante.. et parfois effrayante car de nombreux obstacles semblent se dresser sur la route du primo-accédant. Mais on peut réaliser son projet et accéder à la propriété sans pour autant tomber dans les pièges habituels !

Nous vous donnons ici quelques conseils pour les éviter et acheter sereinement votre premier logement.

1 – Ne pas se précipiter

Arriver sur le marché de l’immobilier peut être déstabilisant pour un primo-accédant: tout se vend vite et vous avez l’impression qu’il faudrait signer immédiatement pour ne pas rater la bonne affaire. 

Une apparence trompeuse : aujourd’hui, ce sont les acheteurs qui ont le pouvoir !  En consultant les annonces vous vous apercevrez que les biens mettent plusieurs semaines à se vendre : la concurrence du côté de l’offre est donc en votre faveur. 

De plus, il vaut mieux prendre le temps d’étudier le marché avant de lancer vos premières offensives. Profitez-en pour affuter votre connaissance des quartiers afin d’acheter un bien jouissant du meilleur emplacement.

2 – Bien s’entourer et faire appel à des pros 

S’il est tentant de faire des économies en passant directement de particulier à particulier, lorsque qu’il s’agit d’un premier achat, il est fortement recommandé de vous entourer de professionnels. 

Cela vous évitera d’acheter un logement surévalué ou comportant des frais supplémentaires cachés. Les agents immobiliers sont habitués à négocier avec les propriétaires afin de trouver le juste prix et peuvent aussi voir des vices que vous ne détecterez pas. 

De même pour le financement de votre achat, faire appel à un courtier sera à votre avantage : il jouera le rôle d’intermédiaire entre les banques et vous, vous accompagnera dans le choix d’un crédit adapté à votre profil.

Grâce à son expérience du financement et son réseau de partenaires vous pourrez économiser du temps et de l’argent, tout en vous épargnant du stress (qu’il s’agisse de l’achat de votre résidence principale ou d’un investissement locatif)!

3 – Bien comparer les logements 

L’achat d’un premier logement est un engagement sur le long terme, autrement dit plusieurs années de détention : on évalue à environ 5 ans minimum le délai pour que l’investissement soit “rentabilisé”. 

Il est donc primordial de vous projeter et définir précisément vos critères (surface, neuf ou ancien, caractéristiques indispensables, services à proximité…).

Nous avons désormais la chance d’avoir accès à de nombreux outils pour simplifier la recherche mais aussi le choix du meilleur bien. 

Il est intéressant de comparer différents biens avant d’orienter votre choix : préférez-vous opter pour un bien qui sera facile à revendre ? ou bien pour un logement situé dans une zone attractive ?  Tout cela vous pourrez l’ajuster à votre convenance et ainsi comparer différents biens en quelques clics grâce au comparateur Gridky.

4 – Analyser tous les frais 

  • Les frais d’emprunt : en dehors des mensualités, prenez bien en compte toutes les charges qui vous incombent telles que le budget travaux si nécessaire, la taxe foncière et les éventuelles charges de copropriété. 
  •  L’assurance emprunteur : elle couvre les différents risques auxquels vous êtes exposé : décès, invalidité et même parfois la perte d’emploi. Mais sa facture peut parfois alourdir vos mensualités. Pour éviter de payer trop cher, sachez que vous pouvez la choisir librement et même en changer durant la première année de l’emprunt
  • Concernant le bien, attention aux frais cachés : parmi les erreurs les plus courantes, sachez que si vous achetez un logement qui comprend une cuisine déjà équipée, vous pouvez en faire spécifier la valeur dans la promesse de vente avant signature, au titre des équipements « déplaçables ». Ces derniers ne sont en effet pas soumis aux frais de notaire !

5- Choisir la bonne solution de financement

Les taux d’intérêt extrêmement bas favorisent aujourd’hui l’achat à crédit de votre bien immobilier. 

L’avantage est de conserver davantage d’épargne disponible pendant la durée de remboursement  et de jouir d’un patrimoine acquis à moindre frais.

Durée, capital emprunté, mensualités, prêts complémentaires et montant de l’apport… tout cela est à définir en connaissance de cause pour optimiser votre financement et éviter de fournir un effort trop important, qui paralyserait votre budget. 

Faites appel à un courtier pour vous aiguiller !

6- Penser à la revente !

  • Etudier l’évolution des prix de l’immobilier et de la démographie sur le secteur : pour ne pas voir la valeur de votre bien s’effondrer dans les prochaines années, il faut considérer l’évolution du prix de l’immobilier sur le secteur visé.

Logiquement, les zones au plus fort potentiel de plus value sont celles où la demande en biens immobiliers est en hausse depuis plusieurs années et où cette croissance se maintient. De fait, les zones dynamiques et en croissance démographique voient le plus souvent le besoin en logements augmenter.

  • Utiliser les outils adaptés : notre comparateur vous permet de prendre en compte le potentiel de plus value grâce à une projection sur 15 ans de l’évolution du prix de votre bien et la facilité de revente sur la base de l’évolution de la population et des dynamiques du marché local.