Pour déterminer votre capacité d’emprunt, on considère généralement un taux d’endettement maximal de 33%, aujourd’hui repoussé à 35%. Cependant, le mode de calcul peut différer selon les établissements, et est appelé à changer à la suite des décisions du HCSF. 

OBTENEZ GRATUITEMENT DES CONSEILS SUR LE MEILLEUR INVESTISSEMENT LOCATIF  

Trouver l'investissement le plus rentable

Taux d’endettement : définition et évolution

Définition

Le taux d’endettement correspond à la part des revenus qui est consacrée aux remboursements des prêts, qu’il s’agisse de crédits immobiliers ou de crédits à la consommation. 

La règle jusque là était celle des 33% : autrement dit, pour obtenir un financement, le salaire  de l’emprunteur doit être au moins 3 fois supérieur à la mensualité de l’emprunt. 

Ce taux d’endettement maximum est une règle de principe communément appliquée par les établissements de crédit. En effet, au delà de 33% d’endettement, les banques considèrent le risque de défaut trop important. 

Scoring

Cependant, l’évaluation du “risque” ne repose pas uniquement sur le taux d’endettement mais aussi sur le profil de l’emprunteur et sur son « reste à vivre » et la composition de son foyer. 

Chaque dossier étant étudié au cas par cas, le taux d’endettement autorisé peut ainsi être modulé, et pour un ménage ayant des revenus confortables, la banque peut accepter un taux d’endettement supérieur à 33%, alors même que certains emprunteurs avec des revenus plus modestes ou moins réguliers ne pourront pas obtenir de prêt impliquant plus de 30% d’endettement.

2021 : passage du taux de 33% à 35%

C’est en effet une évolution qui va dans le sens des ménages les plus modestes, et, de façon générale, dans le sens de l’investissement à crédit : le Haut Conseil de Stabilité financière a annoncé fin 2020 le relèvement du taux d’endettement maximum de 33% à 35% pour les demandes de prêt à partir de début 2021. 

Taux d’endettement : mode de calcul

Le taux d’endettement se calcule sur une base mensuelle selon la formule suivante :

Taux d’endettement = (charge d’emprunt) × 100 ÷ (revenus nets)

  • Charge d’emprunt : l’ensemble des mensualités de prêts existants et des prêts envisagés
  • Revenus nets : l’ensemble des revenus réguliers de chacun des emprunteurs

Les revenus toujours inclus dans le taux d’endettement comprennent 

  • Les salaires nets (incluant les primes contractuelles ou 13ème mois), les revenus professionnels non salariés (bénéfices des commerçants, artisans et professions libérales), les pensions alimentaires reçues sur décision judiciaire et toutes les autres pensions : retraite, handicap…

Peuvent être inclus en faisant l’objet d’une minoration : 

  • Les revenus fonciers: ils font d’un coefficient de minoration en compensation des éventuelles absences de loyers et sont donc généralement pris en compte à 70%.

Ne sont pas pris en compte dans les revenus nets : 

  • Les allocations familiales : il s’agit en effet de revenus insaisissables qui ne sont pas intégrés aux revenus fixes par la majorité des banques.
  • Les allocations logement : si elles sont déduites directement du loyer, leur impact se répercute sur le « reste à vivre ».
  • Les revenus non réguliers tels que les primes exceptionnelles.

OBTENEZ GRATUITEMENT DES CONSEILS SUR LE MEILLEUR INVESTISSEMENT LOCATIF  

Trouver l'investissement le plus rentable