Pourquoi réaliser un investissement locatif dans l’ancien ?

Le prix d’achat est avantageux

Si vous souhaitez réaliser un investissement locatif dans l’ancien, il est à noter que le coût des bâtiments est relativement bas. Les prix sont de 10 % à 20 % moins cher que dans le neuf. En effet, un bien immobilier neuf sera vendu plus cher que dans l’ancien. Ce dernier pourra profiter d’une meilleure plus-value au moment de la revente. Par ailleurs, l’investisseur pourra obtenir une bonne marge étant donné le fait que le coût sur le marché de l’ancien est bas.

OBTENEZ GRATUITEMENT DES CONSEILS SUR LE MEILLEUR INVESTISSEMENT LOCATIF  

Trouver l'investissement le plus rentable

Bon emplacement

Dans la majorité des cas, ce sont dans les centre-villes et dans le cœur historique que les logements anciens se situés. L’avantage c’est qu’ils sont à proximité de toutes les commodités. Ces emplacements privilégiés permettent d’attirer une large cible tels que les étudiants, les actifs, les familles, les seniors… etc

On peut déduire le montant des travaux et générer un déficit foncier

Voici encore un autre avantage de réaliser un investissement locatif ancien. Souvent, les acquéreurs préfèrent acheter un bien ancien en bon état. Pourtant, engager d’importants travaux de réfection ou de rénovation peut s’avérer bien plus rentable. Effectivement, si vous penchez pour le régime réel, vous serez en mesure de déduire les charges liées à la réalisation des travaux. Et si ces dépenses sont plus importantes que votre impôt, vous allez dégager ce que l’on appelle un déficit foncier. Selon si vous faites de l’investissement en tant que particulier ou professionnel, vous pourrez le reporter sur vos impôts des années suivantes, pendant 6 ou 10 ans. En fonction de votre statut, vous pourrez soit le déduire dans la catégorie des revenus fonciers, soit de votre revenu global. Avouez que c’est un bon plan pour optimiser le rendement locatif de votre acquisition.

 

 

Immeuble résidentiel avec fenêtres et balcons Photo gratuit

 

La Loi Malraux

Depuis 1962, La Loi Malraux fait partie de l’un des plus anciens dispositifs vous donnant le droit de profiter de 22 % du montant investi (sur les travaux de restauration dans la limite des seuils en vigueur) à 30 % de réduction d’impôt si vous rénovez un bien ancien afin de le louer. Ce dispositif vous permet de bénéficier d’une réelle plus-value à la revente sur les biens anciens dès lors que les travaux ont été réalisés. Il n’y a aucun plafonnement des niches fiscales. Les seuils de dépenses des travaux sont plafonnés à 100 000 € par an, sur une durée maximale de 4 ans. Toutefois si les plafonds sont dépassés, les dépenses additionnelles ne seront pas éligibles aux réductions d’impôts. Il est à prendre en compte que les travaux devront mener à une restauration complète de l’immeuble et ils seront suivis par un architecte des Bâtiments de France.

Les particularités

La Loi Malraux portent les investissements réalisés dans les Secteurs Sauvegardés (S.S.) ou dans les Zones de Protection du patrimoine Architectural Urbain et Paysager (Z.P.P.A.U.P). La Loi de Finances Rectificative de 2016 prévoit quant aux modalités de réalisation de travaux et de mise en location des biens avant la mise en place des travaux l’obtention d’une Autorisation Spéciale délivrée par le Préfet (ASP). Les travaux sont exécutés sur des logements se localisant dans des Secteurs Sauvegardés ou des Zones dotées d’un Plan de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine (PVAP).

La Loi Monuments Historiques

La Loi Monuments Historiques existe depuis déjà un siècle. Elle a pour objectif de favoriser l’entretien et la restauration de biens immobiliers classés Monuments Historiques ou inscrits à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.

Cette investissement vise à se procurer d’un bien nécessitant d’importants travaux de restauration. Les charges de restauration et d’entretien du bien immobilier Monuments Historiques, ainsi que les intérêts d’emprunts liés à l’acquisition du foncier et aux travaux sont déductibles à 100% des revenus fonciers. La déduction des travaux de rénovation réalisés de son revenu imposable sont sans aucune limite ni règle de plafonnement, ce qui représente l’un des avantages de ce dispositif. Depuis le 1er janvier 2009, le propriétaire a pour obligation de conserver le bien pendant 15 ans. Par ailleurs, il est à noter que la donation ou la transmission de ce patrimoine est exonérée de droits de succession.

 

OBTENEZ GRATUITEMENT DES CONSEILS SUR LE MEILLEUR INVESTISSEMENT LOCATIF  

Trouver l'investissement le plus rentable